Accès à l’emploi, vie sociale et handicap : Orienter et accompagner !

Accès à l'emploi, vie sociale et handicap : Orienter et accompagner !
Écouter cet article

La solidarité, une valeur au cœur de l’accompagnement du Centre Social et Culturel « La Colline » à Cenon : Retour et réflexions suite à une grande soirée d’échanges autour de l’accès à l’emploi et à la vie sociale avec un handicap ou dans toute situation de vulnérabilité

Par Mylan Douthe. Le Centre Social et Culturel « La Colline », à Cenon, mène des projets sociaux, éducatifs et de loisirs avec les enfants, les jeunes et les familles. À partir d’un diagnostic de territoire, sur la ville de Cenon, il développe un projet social, co-construit avec les partenaires et agréé par la CAF. Il accompagne notamment vers l’emploi, mais aussi le logement, la vie sociale ou l’apprentissage du français, des personnes en situation de vulnérabilité et/ou de handicap. Le jeudi 10 février, dans les locaux que le centre social occupe depuis 2013, au 2 rue Stéphane Mallarmé, avait lieu une soirée autour de l’orientation, conforme aux missions d’accompagnement des jeunes et de leur avenir du centre.

Des échanges autour de l’emploi et de la vie sociale avec un handicap ou une vulnérabilité

Cela a pris la forme d’un temps d’échange avec la cinquantaine de parents et adolescents, présents durant près de deux heures. La soirée fut structurée en trois temps forts : après une prise de parole des jeunes, et de leurs travaux pédagogiques, menés en ateliers sur cette thématique, il y eu un temps en plénière pour une présentation rapide des différents intervenants parmi lesquels je comptais en ma qualité de Coordinateur de la Commission Nationale Politique Jeunesse de APF France Handicap. Puis vint enfin le cœur de la soirée, avec une répartition en table ronde par salle, avec 2 professionnels à chacune des tables, pour faciliter les échanges avec les jeunes et leurs parents.

Lever les freins psychologiques dans l’accès à l’emploi avec un handicap

L’occasion pour moi, au moment de la table ronde, entouré d’une dizaine de personnes et notamment des femmes en situation de handicap, de lever par du conseil les freins psychologique dans l’accès à l’emploi.

Le vécu difficile de la scolarité, les questionnements liés au handicap, l’évolution dans une société encore trop souvent inadaptée et pleine d’idées reçues, l’injonction à la performance… peuvent amener les jeunes en situation de handicap à manquer de confiance en eux, à douter de leurs capacités et de leur possibilité d’inclusion professionnelle, surtout lorsque les opportunités de mise en situation professionnelle (périodes de mise en situation en milieu professionnel ou stages) ont été rares ou mal accompagnées/préparées. Des peurs qui peuvent être amplifiées par une sortie du système scolaire sans diplôme.

Alors comment se lancer, développer une vie sociale, quand on a peur d’échouer, notamment en raison d’un handicap ?

Pour favoriser l’expérimentation dans la sécurisation, il est essentiel de tendre vers le développement des stages en entreprise, avec des possibilités d’adaptation si nécessaire, dès le stage de 3ème (rythme adapté, stage en binôme…) ainsi que vers la facilitation de l’accès au bénévolat et au service civique comme premières expériences de terrain.

Il est certain que ce temps d’échange aura constitué un tremplin pour ces personnes en situation de vulnérabilité et/ou de handicap, conseillées dans la construction d’un projet professionnel afin de trouver, à terme, du travail et une place dans la société.

Je crois sincèrement que l’accompagnement, fourni ce soir-là, aura permis de sécuriser des personnes qui sont demandeuses de travail, aptes à travailler, et qui en même temps ont des problématiques liées notamment à leur situation de handicap.

Des interrogations sur les démarches et les droits liés au handicap

En effet de nombreuses interrogations se sont fait jour concernant des démarches administratives autour de la garantie du maintien des droits, l’accompagnement des transitions vers le monde du travail ou encore et la facilitation des changements d’orientation dans le secondaire et le supérieur.

Cette soirée s’inscrivait dans le cadre de la « semaine de l’orientation », une semaine entière sur la thématiques, l’occasion pour les jeunes de se rendre notamment au sein d’un IUT ; une initiative on le voit ô combien vertueuse.

Des discussions approfondies ont permis de bien comprendre la situation de chacun, et de donner à tous un maximum de détails, l’important étant d’orienter au mieux, on ne peut pas accepter de les laisser au bord du chemin » .

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.