Assistants sexuels : « le sujet mérite débat »

Écouter cet article

Adjointe au Maire de Paris en charge du handicap, Véronique Dubarry estime que le sujet des assistants sexuels pour les personnes en situation de handicap n’est pas traité à sa juste valeur. La ministre de la Solidarité et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot, s’est précédemment déclarée “rigoureusement opposée” à ce recours. “Vous pensez que la ministre en charge du droit des femmes va soutenir un truc pareil?”, avait-elle précisé.

 

« Parler en ces termes d’un problème aussi complexe et fondamental que l’accès à la sexualité des personnes en situation de handicap  démontre surtout la totale ignorance de la Ministre sur une question pourtant importante qui ne peut en aucun cas être évacuée d’un revers de la main », explique Véronique Dubarry

 

« La mise en place d’assistants sexuels est sujet à controverses, légitimes, et mérite un débat de fond, loin des préjugés et raccourcis en tous genres. Cela pourrait répondre à une partie  des demandes des personnes – bien souvent  en situation de grande détresse. Elle  ne constitue en cela pas LA réponse mais  l’une des réponses au sein d’un ensemble de mesures à mettre en place.  

Il est essentiel que ce sujet encore trop largement tabou soit abordé, de manière dépassionnée, au niveau national avec toutes les parties prenantes, comme y invite le collectif qui vient de se créer à l’initiative de plusieurs grandes associations (l’association CH(S)OSE : Pour un accès effectif à la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap). Ce n’est que comme cela que nous avancerons collectivement comme nous l’avons fait lors d’un colloque que j’ai organisé à l’Hôtel de Ville intitulé « handicap : affectivité, sexualité et dignité » lors duquel ce sujet a été abordé parmi d’autres. Un assistant sexuel, formé en Suisse, a entre autre pu expliquer son cheminement, la réflexion construite et aboutie qui l’a mené à cet engagement atypique en prenant en compte les risques et dérives qui peuvent naître et donc les balises nécessaires à mettre en place. Cela en toute sérénité et en toute confiance.

Ce débat complexe mérite des réponses complexes et certainement pas une simple fin de non-recevoir. »

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.