Autisme et handicap dans les transports : Faire changer les regards

Autisme et handicap dans les transports : Faire changer les regards
Écouter cet article

Les choses ne sont pas toujours aussi évidentes qu’elles le paraissent… et même si elles se fondent parfois dans la masse, les personnes en situation de handicap et/ou d’autisme peuvent rencontrer d’importantes difficultés pour réaliser des actions de la vie quotidienne qui semblent simples pour la majorité. En ce sens, découvrez ici le témoignage d’une maman, qui espère voir un jour changer les regards des usagers et des professionnels dans les transports. 

Suie à une mauvaise expérience vécue dans les transports parisiens avec son enfant autiste, l’une de nos lectrices nous a adressé son témoignage pour dénoncer les difficultés auxquelles les personnes en situation de handicap doivent parfois faire face. Objectif : faire changer les regards de tous, grand public mais aussi professionnels qui travaillent dans les lieux publics et notamment les transports, et les encourager à faire preuve de bienveillance lorsque la compréhension d’une situation leur échappe, et lorsqu’ils sont confrontés à une personne en situation de handicap.

« Le 23 janvier 2022 à mon retour en TGV de Bordeaux vers Paris, à 22h, en gare Montparnasse, j’ai décidé de rentrer en transport. J’ai acheté des tickets en direction de Gros Noyer Saint-Prix. J’étais accompagnée de mes 2 enfants, âgés de 11 et 15 ans.

L’un de mes fils est autiste asperger, avec des troubles associés, notamment un TDAH – Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans hyperactivité. Il est suivi à l’unité spécialisée de l’hôpital Robert Debré.

Je lui apprends tranquillement à devenir autonome dans les transports, car tout est compliqué pour lui. Il avait son ticket, le portique était ouvert. Il est passé avec son ticket à la main, il ne l’a pas composté lorsqu’il est passé de l’autre côté… Une contrôleuse RATP s’est jetée sur moi, accusant mon fils d’avoir fraudé en passant le portique. Mon fils était incapable de se défendre car il estimait n’avoir rien fait de mal. Elle ne voulait rien entendre de mes explications… J’ai payé 60 euros d’amende pour franchissement illicite. Je trouve cela honteux.

Mon fils fait de son mieux pour apprendre à utiliser les transports en commun, il a fait une erreur involontaire. J’ai peur de ces contrôles agressifs et inhumains. Maintenant, il ne se tournera pas vers ces agents RATP pour demander de l’aide, car ils seront répressifs envers lui.

Je lui apprends à se débrouiller dans les transports et je lui ai appris à demander de l’aide aux agents s’il se sentait perdu… Mais avec cet événement, moi-même, je n’ai plus confiance en ces personnes. Elles n’ont fait preuve d’aucune bienveillance à notre égard. Nous sommes choqués par de tels comportements ».

Pour plus d’informations sur le thème de l’autisme et du handicap dans les transports, rendez-vous ici : https://www.autismeinfoservice.fr/informer/aides-droits/droit-transport

 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.