Briser la loi du silence

Écouter cet article

Si la loi assure la présence d’un interprète en langue des signes (LSF) au tribunal, connaître ses droits et les faire respecter lorsqu’on est sourd relève souvent du parcours du combattant. Pour faire entendre la justice, la juriste Anne-Sarah Kertudo se bat depuis plus de 10 ans. Son dernier combat ? Impulser une formation de juriste bilingue langue des signes qui ouvrira à Lyon en octobre.

 

L’anecdote est à peine croyable. Elle se déroule pourtant lors d’une procé-dure banale : un couple en phase de divorce. Alors que l’épouse sourde ne bénéficie pas de conseiller juridique LSF pour s’exprimer, devinez qui fait l’intervalle avec le juge ?

Son mari avec qui elle est en conflit… 

Des aberrations comme celles-ci, Anne-Sarah Kertudo en a plein son sac. Comme cet homme sourd accusé d’attouchement sexuel et relâché, le juge ne pouvant communiquer avec lui… Voilà plus de 10 ans que cette juriste dynamique et militante s’investie pour faire entendre la justice. En lançant en 2002 la toute première Permanence Juridique pour les Sourds à la mairie de Paris, elle est devenue la seule en France à les accueillir et les conseiller dans les méandres du labyrinthe judiciaire. Car, qu’elles soient victimes ou accusées, les personnes sourdes sont particulièrement isolées en matière de justice. D’autant plus qu’une grande partie (80 % selon certains chiffres) de ceux qui s’exprime en LSF ne savent ni lire ni écrire. Aujourd’hui la loi 2005 garantie la présence d’un interprète aux audiences, mais les mentalités doivent encore bouger. « Certains juges refusent parfois le recours à un interprète ou alors exige qu’il soit placé au fond de la salle pour ne pas être dérangé, raconte Anne-Sarah Kertudo. Mais comment peut-on rendre la justice si on ne peut pas interroger une victime, un détenu ou un témoin ? Comment connaître ses droits et les défendre quand on est sourd ? ». 

 

un cursus d’avenir

 

Pour répondre à cette dernière question, Anne-Sarah Kertudo vient d’impulser une formation « Juriste bilingue Langue des signes/Français ». Destinée, aux titulaires d’une licence ou d’un master de droit, elle ouvrira en octobre à l’Université Catholique de Lyon qui voit dans ce métier un cursus d’avenir. « À une époque où nous cherchons à redonner du sens à notre activité professionnelle, cette fonction de conseiller juridique pour les sourds constitue un vrai engagement », souligne Anne-Sarah Kertudo. Concrètement, la formation alternera entre un programme juridique, un programme LSF et un stage en milieu professionnel. « Ce cursus permet d’acquérir les bases de la LSF, des formations continues sont ensuite possibles pour améliorer son niveau », explique Philippe Guyon, directeur de PG Concept, entreprise lyonnaise qui assurera l’enseignement LSF dans la formation. Lui-même sourd, il s’indigne face à l’injustice actuelle soulignant que « beaucoup de personnes pourraient avoir recours à la justice mais baisse les bras face à son inaccessibilité ». L’objectif du programme qui verra le jour à Lyon est donc de contribuer à l’immersion du métier de juriste bilingue LSF, avec des professionnels sensibilisés aux spécificités du droit appliqué aux sourds. Douze places sont ouvertes à la rentrée prochaine.

 

 

Site internet : droit.univ-catholyon.fr Téléphone : 04 72 32 58 99 Responsables pédagogiques : [email protected] / [email protected] Retrait des dossiers de candidature :  [email protected]


Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.