Des antibiotiques contre l'autisme ?

Écouter cet article

Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de Médecine, a défendu les recherches sur «la piste microbienne» de l’autisme devant l’Académie de médecine en mars. Selon lui, les antibiotiques permettraient d’améliorer un grand nombre d’enfants atteints.

 

« On compte chaque année en France 5 000 nouveaux cas d’autisme ou de troubles apparentés », a-t-il dit notant le caractère « multifactoriel » de ce syndrome des troubles de la communication. C’est « une véritable épidémie » que les facteurs de prédisposition génétique ne peuvent à eux seuls expliquer. Il est donc « logique de s’intéresser à des facteurs environnementaux nouveaux ». En particulier, aux pesticides, a-t-il poursuivi en évoquant aussi une exposition accrue aux « radiations électromagnétiques non ionisantes ».

Facteurs environnementaux et génétiques participeraient à un phénomène de « stress oxydatif » susceptible de provoquer des « modifications neuronales » et un dysfonctionnement immunitaire. Les enfants autistes souffriraient ainsi d’infections chroniques.

 

« 55 % d’amélioration rapide »

 

Le Pr Montagnier a fait état de « 55 % d’amélioration rapide » obtenus avec des cures d’antibiotiques sur 97 autistes, en notant que « les enfants réagissent beaucoup mieux avant l’âge de sept ans. Il est important de confirmer ces résultats par des essais contrôlés (un groupe recevant le traitement, l’autre un placebo) », a-t-il ajouté. Après la projection de vidéos montrant les progrès d’enfants traités qui se sont mis à parler et à pouvoir aller à l’école, il a jugé ces résultats « spectaculaires » car ils « indiquent qu’une fois sur deux, l’autisme n’est pas un condamnation à vie ».

« Les antibiotiques représentent une piste intéressante. Mais je veux limiter l’espérance qu’elle suscite », a relevé Gilbert Lelord, pédopsychiatre spécialiste de l’autisme. Des pourcentages d’amélioration similaires obtenus avec d’autres produits (vitamine B6…) lors de ce type d’essais, n’ont néanmoins pas été confirmés après des essais contrôlés, a prévenu ce professeur émérite.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.