Droits des personnes malades : France Assos Santé publie son baromètre

Droits des personnes malades : France Assos Santé publie son baromètre
Écouter cet article

France Assos Santé dévoile les résultats de son Baromètre des personnes malades 2022. Objectif : évaluer les connaissances des Français en matière de droits liés à leur santé.

« Les Français sont bien informés sur leurs droits en santé mais pas assez sur leur droit à être représentés et défendus » : C’est le constat que tire l’organisation « France Assos Santé » à travers les résultats de son baromètre des « Droits des personnes malades » 2022, réalisé en partenariat avec BVA.

Réalisé auprès de 1802 personnes de plus de 15 ans représentatives de la population française, en métropole et dans les territoires d’outre-mer, celui avait pour objectif de mesurer les connaissances et l’expérience des Français en matière de droits en santé à l’approche des élections présidentielles. Nous vous proposons de découvrir ici les grandes observations qui sont ressorties de cette étude.

Les Français plutôt bien informés sur les droits des personnes malades

De manière générale, France Assos Santé dresse donc un premier constat positif, le niveau d’information en santé des Français étant globalement élevé : « Plus de 91% des personnes interrogées se sentent bien informées sur leur santé et leurs traitements et plus de 80% s’estiment bien informées sur les parcours, la qualité, le coût des soins », indique le baromètre, confortant l’organisation de poursuivre sa mission d’information des usagers.

Des difficultés dans l’accès aux soins et l’application des droits

Toutefois, le baromètre des personnes malades met également en avant de nettes difficultés. Ainsi, France Assos Santé rapporte que si 95% des Français connaissent le droit d’accès aux soins, seuls 84% estiment que ce droit est effectivement bien appliqué. « Sur l’application de ce droit, le baromètre montre une baisse de 4 points par rapport au baromètre 2017, indique-t-elle. Cette chute sonne comme un avertissement pour les acteurs du monde de la santé. France Assos Santé a d’ailleurs inscrit en priorité cette thématique dans sa plateforme de propositions pour les présidentielles ».

L’organisation note par ailleurs que ce taux s’écroule plus particulièrement dans certaines régions dont l’offre de soins est plus dégradée qu’ailleurs, comme en Centre-Val de Loire et en Guadeloupe où respectivement 64 et 66% des personnes interrogées estiment le droit à l’accès aux soins bien appliqué.

Elle indique d’autre part que la vigilance est également de mise sur le numérique : seuls 54% des usagers interrogés se sentent bien informés sur les dossiers contenant leurs données de santé sur internet. « Une nouvelle préoccupation qui apparaît plus que jamais comme un enjeu majeur à l’heure du déploiement de « Mon Espace Santé » », précise-t-elle.

Une volonté et un besoin d’être mieux représentés pour les usagers du système de soins français

Autre grande observation issue du Baromètre des personnes malades 2022 : La crise du Covid-19 a accru, pour 58% des personnes interrogées, le besoin d’être mieux représentées et mieux défendues par rapport à leurs intérêts en matière de santé. L’étude révèle que les Français estiment que les organisations les plus légitimes à défendre leurs droits en tant que personnes malades, à 48%, sont les associations de patients ou de personnes en situation de handicap, les associations familiales ou de consommateurs. Une confirmation, pour France Assos Santé, que la population compte sur le secteur associatif pour défendre ses intérêts.

Une méconnaissance des instances de représentation des personnes malades

Paradoxalement, le baromètre démontre que les Français sont aujourd’hui très peu au fait des différentes instances en mesure de les représenter en cas de difficultés dans le parcours de soins. En effet, France Assos Santé révèle que « seuls 32% des sondés savent qu’il existe des personnes qui les représentent en tant qu’usager à l’hôpital et à l’Assurance maladie et que ces personnes peuvent les défendre en cas de problème dans leur parcours de soin ». Elle estime qu’il est également « regrettable que les commissions des usagers dans les hôpitaux (CDU) ne soient connues que par 25% des personnes interrogées, ces commissions étant pourtant un outil indispensable de démocratie en santé, puisque des milliers de représentants des usagers, issus des associations de santé agréées, y siègent partout en France ».

Ainsi, France Assos Santé conclut cette étude dédiée aux droits des personnes malades sur une note positive et tournée vers l’avenir : « Il reste un chemin important à parcourir pour améliorer la notoriété des représentants des usagers au sein des établissements de santé. France Assos Santé porte et portera cette nécessité lors de futurs débats organisés à l’occasion des 20 ans de la loi Kouchner ».

Pour consulter les résultats complets du Baromètre des personnes malades 2022 et mieux connaître vos droits en matière de santé, rendez-vous ici : https://www.france-assos-sante.org/

 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.