Handicap : la FEGAPEI tire à nouveau la sonnette d'alarme sur une situation qui continue de se détériorer

Écouter cet article

A l’annonce de la suppression, désormais effective, de 500 aides aux postes au niveau national, suite au vote de la loi de Finances, la FEGAPEI alerte sur l’injustice et l’aberration économique que constitue une telle décision. Le constat alarmant, qui avait été fait et dénoncé par la fédération il y a six mois, se traduit à présent par des licenciements au sein des Entreprises Adaptées et ce, alors même que ces dernières voient leur activité augmenter.

 

Les conséquences de la suppression des aides aux postes à travers un exemple : celui de l’Adapei de la Sarthe L’association, qui gère plusieurs Entreprises Adaptées, se voit supprimer 5 aides aux postes alors qu’elle en avait sollicité 8 de plus pour pouvoir répondre aux besoins croissants de son activité. Elle va donc être contrainte d’arrêter des contrats à durée déterminée mais également de licencier du personnel, au moment même où les demandes de ses clients augmentent !

La FEGAPEI dénonce cette mesure de suppression des aides aux postes qui constitue :

–       Une injustice pour les personnes handicapées, pour lesquelles l’activité professionnelle est un moyen d’épanouissement et d’insertion, et un droit reconnu par les principes de la loi de 2005 au titre d’une citoyenneté pleine et entière.

–       Une aberration économique qui prive les entreprises adaptées des ressources humaines nécessaires, au moment où elles récupèrent des marchés, après une dure période de crise.

Par ailleurs, l’étude réalisée par KPMG1 pour l’UNEA2 a démontré que le retour sur investissement des aides aux postes pour les Entreprises Adaptées était supérieur à ce même investissement en termes de recettes fiscales et sociales.

–       Une situation préjudiciable pour les entreprises du milieu ordinaire qui ont vu leur contribution Agefiph augmenter et qui cherchent à développer des partenariats avec les Entreprises Adaptées pour minorer cette contribution et favoriser l’emploi des personnes handicapées.

En octobre 2010, la FEGAPEI avait déjà interpellé les pouvoirs publics sur la diminution des aides aux postes et avait demandé une augmentation du nombre de celles-ci. Loin d’en tenir compte, l’Etat continue son désengagement financier et progressif vis-à-vis du champ du handicap, et cela en totale contradiction avec les promesses du Président de la République, tenues lors de la première Conférence Nationale du Handicap de 2008, et réitérées depuis par les différents gouvernements et ministères concernés.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.