Handicapés ? Le pied !

Écouter cet article

Coup de Gueule

 

Les derniers temps sont propices pour la représentation du handicap dans les médias. Et c’est une bonne chose, c’est entendu. Plus le handicap est visible dans les médias, mieux c’est.

 

Au cinéma, c’est Hasta la vista qui succède à Intouchables et ses 19 millions d’entrées – souhaitons le même succès au film Flamand, et à sa vision atypique ; profitons-en aussi pour revoir Nationale 7. À la télévision, après Vestiaires, c’est Dans la peau d’un handicapé qui s’y colle. NRJ 12 prépare sa série de portraits de personnes handicapées dans leur quotidien. Sur Arte, c’est la journaliste aveugle Sophie Massieu qui nous invite dans un tour du Monde particulier avec Dans tes yeux.

 

Archétype trompeur

Côté didactique, les résultats sont plutôt positifs : montrer la vie des personnes handicapées fait certainement baisser l’appréhension d’aller à leur contact pour ceux qui sont totalement étrangers au sujet.

Côté message transmis par les personnes handicapées de ces moments de télévision, on tombe souvent dans l’archétype trompeur « si je n’avais pas été handicapé, je n’aurai pas réalisé tout ça ». Comme si un doigt divin vous avait propulsé dans le monde du handicap pour que vous vous réalisiez, enfin.

Ce discours, c’est dans la bouche de personnes accidentées qu’on le trouve souvent. Elles sont jeunes, plutôt pas mal de leurs personnes et n’ont aucun problème de locution. Elles ont un travail, poursuivent leurs études ou sont sportifs de haut niveau et dans tous les cas, elles affirment que c’est « grâce au handicap » qu’elles ont cette vie – réussie et épanouie. Mais qu’en savent-elles ? ont-elles une boule de cristal capable de leur faire entrevoir quelle aurait été leur vie sur deux pattes ? Leur vie étaient-elles si insipides pour qu’ils (elles) expriment leur « bonheur » d’être en fauteuil ? C’est en fait un ressort psychologique très répandu dans le monde du handicap. Le handicap est vécu comme une « punition » parfois divine pour remettre les personnes qui en sont touchées sur de bonnes voies. Il serait parfois nécessaire de le rappeler dans toutes ces émissions télévisées, sous peine de faire croire au valide néophyte en matière de handicap qu’être handicapé, même si c’est un peu « galère », c’est souvent « le pied ».

La réalité est tout autre…

 

Pierre Bardina, créateur d’andy.fr, portail du handicap moteur. C’est suite à un accident de plongée, en 1996, qu’il devient paraplégique.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.