Les personnes handicapées mentales sous tutelle votent à leur première présidentielle

Écouter cet article

Les personnes atteintes d’un handicap mental ont pu, ce dimanche 22 avril, voter pour la première fois. Cette petite victoire est le fruit d’un combat de plusieurs associations.


Les personnes handicapées mentales sous tutelle peuvent voter pour la première fois à une présidentielle, à la faveur d’une loi entrée en vigueur en 2009 qui permet aux personnes sous tutelle de voter sans l’accord express d’un juge.

Depuis la loi sur le handicap de 2005, « toute personne handicapée a droit à (…) l’accès aux droits fondamentaux reconnus à tous les citoyens ainsi que le plein exercice de sa citoyenneté ». Mais les personnes handicapées mentaux sous tutelle doivent néanmoins être autorisés à voter par une décision du juge.

Ensuite, la réforme de la protection juridique des majeurs a inversé la logique en 2009: les personnes sous tutelle, souvent atteintes d’un handicap mental, ont le droit de vote sauf avis contraire du juge.

Au total, ce sont 400.000 personnes handicapées mentales de plus de 18 ans qui peuvent dès lors voter, selon l’Unapei, fédération qui représente les personnes handicapées mentales et leurs proches. En décembre, l’Unapei avait demandé par voie de communiqué l’accès à une information « facile à comprendre » pour permettre à ces personnes de voter.

Elles peuvent, par exemple, avoir besoin de la photo des candidats sur les bulletins, de guides ou brochures « faciles à lire sur le vote et les élections », de sites internet « faciles à comprendre », expliquait l’Unapei, qui dit représenter 60.000 familles.

S’adressant aux candidats comme aux pouvoirs publics, elle demandait aussi « que les bureaux de vote soient rendus accessibles, que les personnels en charge de l’accueil des électeurs soient sensibilisés et qu’il soit possible, comme le prévoit le code électoral, qu’une personne handicapée mentale soit assistée pour voter ».

L’Unapei a mis en ligne un site accessible aux personnes handicapées mentales qui souhaitent se renseigner sur le vote: http://2012.unapei.org/. De son côté, la Fnath, fédération de personnes malades et handicapées, a rappelé la semaine dernière que les bureaux de vote doivent être accessibles à toutes les formes de handicap.

Selon l’Insee, environ 12 millions de Français sont touchés par une forme ou une autre de handicap.

 

(Avec AFP)

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.