Logement et handicap en Grande-Bretagne : Une grande variété d’options

Logement et handicap en Grande-Bretagne : Une grande variété d'options
Écouter cet article

Le logement accessible et adapté aux personnes en situation de handicap en Grande-Bretagne

Par Jean-Christophe Verro. En Grande-Bretagne, il existe une variété d’options de logement pour les adolescents et jeunes adultes ayant des besoins spéciaux ou des handicaps :

Acheter ou louer un bien adapté : la mairie peut les aider à trouver une propriété qui a déjà été adaptée de manière à répondre à leurs besoins. Alternativement, ils peuvent être en mesure d’obtenir une allocation de logement pour couvrir les adaptations qui doivent être faites.

Logements protégés pour les jeunes (sheltered housing) : certains programmes sont spécialement destinés aux jeunes adultes handicapés. Conçues pour une vie indépendante, ces maisons disposent d’installations supplémentaires, telles qu’un gardien qui peut être appelé en cas d’urgence, ou d’installations communes comme une buanderie et un salon.

Logement accompagné au sein de votre quartier (supported housing) : certains jeunes adultes n’ont besoin que d’une petite quantité de soutien à domicile et peuvent aller à l’université ou au travail pendant la journée. Certains logements aidés sont gérés par les municipalités, d’autres par des associations de logement, des organisations bénévoles ou des associations caritatives. Ils gèrent les unités pour répondre à des besoins particuliers, comme pour les adultes ayant des troubles d’apprentissage.

Services de vie assistée (supported living service) : les services d’aide à la vie autonome visent à maintenir les personnes dans leur quartier avec autant d’indépendance que possible avec le bon soutien. Cela peut inclure la fourniture d’un logement convenable ou adapté – qui peut être votre propre maison – et certaines formes de soins personnels. Ce type de soutien peut profiter à quelqu’un qui souhaite continuer à vivre là où il habite ou qui déménage. Les services qui soutiennent une vie autonome peuvent inclure une aide à l’accès à la formation et à l’emploi, ou une aide pour demander des prestations ou des compétences sociales.

Plans de vie partagée (shared lives schemes) : les plans de vie partagées – parfois appelés « placement pour adultes » – mettent en relation des adultes ayant des besoins de soins et de soutien avec des personnes qui agissent en tant que soignants pour leur apporter aide et soutien. Dans de nombreux cas, l’adulte vivra avec un aidant à son domicile. Il peut s’agir d’un placement de longue durée ou d’un séjour de courte durée, comme à la suite d’une période d’hospitalisation.

Des solutions proposées par les autorités et associations locales pour concilier logement et handicap en Grande-Bretagne

Pour les personnes âgées handicapées et/ou dépendantes, il existe également plusieurs solutions proposées par les autorités et associations locales (changement pour un logement social adapté, logement protégé, logement de soins supplémentaires, soins de proximité, villages de retraite et programmes de colocation).

Il existe également plusieurs types d’allocations et subventions disponibles pour le logement des personnes handicapées, notamment celles délivrées par les autorités locales, pour contribuer aux frais d’aménagements indispensables d’un logement pour permettre de continuer à y vivre.
Si votre logement ne correspond pas/plus à vos besoins, (sur votre demande) votre mairie vous enverra un ergothérapeute pour identifier des aides ou des adaptations pour vous aider à rester à domicile. Le rapport de l’ergothérapeute fournira des preuves au service local du logement permettant à la mairie de vous fournir des aides et des adaptations.

Vous pouvez aussi avoir droit à une réduction de votre taxe d’habitation. Et entres autres Allocation de logement, Allocation de recherche d’emploi, Soutien de revenu (Income Support), Crédit d’Impôt Travail (Working Tax Credit), Allocation d’emploi et de soutien (Employment and Support Allowance), Crédit de pension (Pension Credit).

La norme d’accessibilité en Angleterre

D’un point de vue technique, la norme d’accessibilité existante pour les logements en Angleterre, comporte au minimum quatre critères principaux : un accès de plain-pied à l’entrée principale, des seuils plats, des portes et un espace de circulation suffisamment larges et des toilettes au niveau de l’entrée. Ceci est exigé pour toutes les maisons neuves.

Dans le cadre de nouveaux investissements dans le logement, le ministre du logement a lancé en septembre 2020 une consultation publique pour examiner comment augmenter le niveau minimal des normes d’accessibilité. Cette consultation s’est déroulée du 8 septembre 2020 au 1er décembre 2020.

Les réglementations de construction pour les logements relatifs aux personnes handicapées sont :
M4(1) Catégorie 1 : Logements visitables
M4(2) Catégorie 2 : Logements accessibles et adaptables
M4(3) Catégorie 3 : Logements pour personnes en fauteuil roulant

Une norme minimale plus élevée nécessiterait des caractéristiques supplémentaires, notamment un espace de vie au niveau de l’entrée et un accès sans marche à toutes les pièces et installations du niveau d’entrée, des portes et des couloirs plus larges ainsi que des voies d’accès dégagées pour atteindre les fenêtres.

Elle pourrait également comprendre d’autres fonctionnalités pour rendre les maisons plus facilement adaptables au fil du temps à un large éventail d’occupants, par exemple des dispositions sanitaires qui peuvent être facilement adaptées pour l’installation de barres d’appui et d’escaliers conçu pour permettre l’installation facile d’un monte-escalier.

Si le gouvernement impose M4(2) comme norme de référence pour tous les logements en Angleterre, le coût supplémentaire de construction de nouvelles maisons estimé est de 311 millions de livres sterling par an sur une période de 10 ans. Le coût supplémentaire estimé par nouveau logement est d’environ 1 400 £ pour les logements qui ne satisfont pas encore à la M4(2). Il a été estimé que 10 % des logements neufs atteignent déjà ou dépassent M4(2), et que ce pourcentage augmenterait au fil du temps même sans intervention du gouvernement, pour atteindre 30 % dans 10 ans.

Un an plus tard, la page internet dédiée a cette consultation affiche : « Nous analysons vos retours d’information. Visitez à nouveau cette page bientôt pour télécharger le résultat de ces commentaires publics ». Également un an plus tard, à la suite d’un remaniement, le ministre a changé, le Brexit est devenu effectif et il y eu une pandémie mondiale. Les priorités ont changé…

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.