Malgré les progrès, concilier tourisme et handicap reste un défi

Écouter cet article

 

« Partir en vacances lorsqu’on est handicapé, c’est la galère ! » : Joël Solari, tétraplégique, en sait quelque chose. Aussi s’est-il battu pour adapter son camping, en Gironde, à cette clientèle spéciale et décrocher le label Tourisme et Handicap lancé il y a tout juste dix ans. Le camping de Carcans, à côté de l’océan Atlantique, est l’un des quelque 5 000 sites labellisés depuis 2001 – hôtels, gîtes, locations, musées, restaurants, parcs et autres lieux de loisirs sportifs.

« On a obtenu le label pour l’accessibilité des personnes handicapées moteurs en 2003, et en 2008, pour les trois autres handicaps (mental, visuel, auditif). Cet été, on a eu plus de 100 séjours de personnes handicapées venues de France et d’Europe. Beaucoup reviennent d’une année sur l’autre », explique M. Solari, 62 ans. Son camping comprend notamment une piscine avec un élévateur hydraulique ou encore un minigolf adapté.
La France compte 5 millions de personnes handicapées. Mais pour beaucoup, partir en vacances est une gageure, constate Annette Masson, présidente de Tourisme et Handicap, l’organisme qui gère le label.
À cause des transports, d’abord. Un TGV, par exemple, compte une seule place handicapée par rame. Et quid de l’accès des fauteuils roulants aux toilettes ou au restaurant ? Quant aux compagnies aériennes, « certaines refusent des personnes à mobilité réduite en invoquant des raisons de sécurité », souligne Mme Masson. En septembre, un commandant de bord a refusé d’embarquer 22 personnes sourdes sur un vol à Marseille.

Un label aux critères stricts
Même quand tout est censé être prévu, « on a parfois de grosses surprises », témoigne Marie Decker, 42 ans et chef de projet. « À l’arrivée, certaines chambres ou locations s’avèrent mal adaptées. D’où l’intérêt du label : c’est une garantie car ses critères sont stricts ». Mère de quatre enfants, elle raconte la difficulté de trouver des locations de vacances pouvant l’accueillir avec son fauteuil et sa famille. « Les personnes handicapées ne sont pas vues comme ayant une vie familiale. Ce n’est pas entré dans les moeurs », estime-t-elle. Pour être tranquille, Joseph Barbosa, 51 ans, voyage lui dans son camping-car entièrement aménagé…
« Le label a fait avancer les choses. C’est une première marche », juge Jean-Marie Barbier, président de l’Association des Paralysés de France (APF). Tout comme la loi du 11 février 2005, qui oblige les sites recevant du public à être accessibles d’ici 2015 à toutes formes de handicaps. Un autre label, « Destination pour tous », doit être lancé. Il distinguera l’accessibilité de réseaux entiers (toute une ville, par exemple). « Il y a un vrai potentiel de touristes handicapés, dont certains ont des moyens », relève Pierre Boudot-Lamotte, de Tourisme et Handicap. Selon l’association, certains hôtels labellisés sont débordés
de demandes.
Au « All Seasons » d’Angoulême, « l’une au moins de nos trois chambres adaptées est louée chaque jour », témoigne le directeur Rémy Thibaud. Des personnes âgées réclament eux aussi ces chambres parce qu’elles sont un gage de confort. À Pen Bron, à l’extrême pointe de la presqu’île de Guérande, l’Hôtel Aptitudes est lui carrément victime de son succès. Cet établissement de 43 chambres est « le seul d’Europe avec une accessibilité totale », explique son concepteur Yves Crochet, urbaniste. Problème: l’hôtel doit limiter les réservations des personnes handicapées car « ils sont parfois sur-représentés, ce qui met mal à l’aise certains clients valides ». Annette Masson rêve du jour où plus aucun label ne sera nécessaire. Comme selon elle aux États-Unis, en Scandinavie ou en Australie, « parce que ces pays, dès le départ, ont eu des normes d’accès pour tous ».

 

 

État des lieux du label tourisme et handicap a fin 2011

4997 sites labellisés

– 30 % gites et meublés
– 12 % hôtels
– 17 % hébergements de vacances
– 10 % lieux de patrimoine
Avec depuis trois ans une progression
annuelle de 15% en moyenne
– 70 % pictogramme moteur
– 86 % pictogramme mental
– 60 % pictogramme auditif
– 34 % pictogramme visuel
Dynamique en place dans tous les départements de France Métropolitaine (sauf Corse) y compris Martinique, Réunion et Guadeloupe
– 1350 évaluateurs formés dont 80 % sont actifs réguliers

En 2009, l’étude de marché d’Atout France, concluait sur la demande des professionnels labellisés pour organiser une mise en réseau et des personnes handicapées sur leur souhait de territoire adapté.
Après 18 mois de travaux dirigé par ATH, et avec le soutien du Ministère en charge du tourisme et le Ministère de la cohésion sociale et de la solidarité, il a été décidé de lancer le label Destination pour Tous et de confier sa gestion ainsi que son développement à l’association Tourisme et Handicaps pour 2012.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.