Métiers de la cohésion sociale : une revalorisation urgente pour le CESE

Le CESE alerte sur la pénurie de professionnels dans les métiers de la cohésion sociale et démontre la nécessité de les revaloriser.
Métiers de la cohésion sociale : une revalorisation urgente pour le CESE
Écouter cet article

Le 12 juillet dernier, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté en séance plénière son projet d’avis intitulé « Métiers de la cohésion sociale ». Celui-ci alerte sur la pénurie de professionnels dans ce secteur et démontre la nécessité d’améliorer leurs conditions de travail.

Réuni le 12 juillet 2022 en séance plénière, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a axé ses discussions sur les conséquences de la crise de la Covid sur les métiers de la cohésion sociale. Principal constat : cette période a mis en exergue le déficit d’attractivité et la perte de sens ressentie par les professionnels de ce secteur. À savoir les professionnels de santé et du domicile, mais aussi les professions de l’action sociale et éducative, « qui ont aussi été mobilisées, sans que leur travail soit reconnu à la même valeur ».

C’est en ce sens que le CESE a finalement adopté un avis intitulé « Métiers de la cohésion sociale ».

« Ces professionnelles et professionnels contribuent au maintien des liens de solidarité et au développement de la vie sociale et citoyenne du pays, peut-on lire dans l’avis du CESE. L’accompagnement humain est en effet un élément crucial de notre démocratie, et les métiers de la cohésion sociale sont ceux qui permettent d’établir et maintenir ce lien entre les personnes, et garantir à chacun un même accès aux droits ».

Ainsi, le CESE a décidé se saisir de cette question en proposant des pistes d’amélioration concrètes à court et à long termes.

Répondre en urgence à la pénurie de professionnels et au malaise qu’ils vivent

Tout d’abord, le CESE préconise de financer une hausse globale des salaires, en assurant une nette revalorisation des minima salariaux en pied de grille au-dessus du Smic et en veillant à maintenir l’équilibre général des classifications.

Il estime également nécessaire de relever en urgence les capacités de formations des écoles financées par les Régions, et à l’avenir d’assurer avec les partenaires sociaux une politique adaptée aux besoins en emplois et en compétences via une prospective fiable et partagée.

Retrouver le sens des métiers de le cohésion sociale en donnant aux professionnels la capacité de réaliser leur travail dans de meilleures conditions

D’autre part, le CESE propose de garantir un niveau d’encadrement adapté en fonction des besoins ou des prestations par l’adoption de normes réglementaires de taux d’encadrement, afin d’assurer au professionnel la possibilité d’organiser une présence éducative et sociale sur du temps long auprès des personnes qu’il accompagne.

Il recommande aussi de prévoir dans les financements publics l’ensemble des temps consacrés à la réflexivité et au travail d’équipe.

Anticiper l’évolution des activités et renforcer la formation continue

En outre, le CESE préconise d’adopter une loi de programmation pluriannuelle permettant de prévoir sur la mandature le niveau d’engagement de l’État et des finances sociales en faveur de la revalorisation des métiers du social et du médico-social, ainsi que de l’animation socioculturelle. 

Il recommande par ailleurs d’Instituer un Conseil national à l’investissement social positionné auprès du Premier ministre chargé d’articuler les travaux de prospective sur l’évolution des activités concourant aux services d’intérêt général à vocation sociale, médico- sociale, éducative et socioculturelle, le tout participant au développement humain.

Promouvoir les valeurs des métiers du social dans la société en général, et auprès des gouvernances et tutelles qui administrent et mettent en œuvre les politiques publiques. 

En parallèle, le CESE propose de promouvoir les métiers du social par une campagne de communication nationale grand public axée sur le sens, l’éthique et les valeurs du travail social, médico-social et l’animation socio-éducative. Cette campagne fera l’objet d’un financement dédié à l’instar de celui dont bénéficie le ministère de la défense. 

Il souhaite que soit prévu un financement sur le budget du ministère de la culture de la production et de la diffusion d’œuvres portant sur les professions sociales et leur rôle dans le travail de la relation à l’altérité. 

Rapporté par Evanne Jeanne-Rose (Groupe des Organisations étudiantes et des mouvements de jeunesse) au nom de la commission permanente Travail et Emploi, ce projet d’avis a été présenté lors de l’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental du 12 juillet 2022. L’avis a été adopté avec 122 voix pour.

Pour plus d’informations sur le CESE, rendez-vous sur : www.lecese.fr 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.