Perpignan, la Catalane

Écouter cet article

Ville-pont entre Barcelone et le Languedoc-Roussillon, Perpignan est l’un des foyers de la culture catalane, romane et méditerranéenne. Capitale du royaume de Majorque de 1276 à 1344, elle s’est alors couverte d’une architecture gothique reconnaissable dans de nombreux monuments comme la cathédrale Saint Jean. Perpignan, c’est aussi une ville du littoral méditerranéen, avec plus de 500 heures d’ensoleillement par an. Labellisée tourisme et handicap, elle permet à tout le monde de découvrir son patrimoine.

 

Du Castillet à la place de la Loge


Profitez du ciel bleu pour flâner dans les rues du centre ancien. L’une des caractéristiques de Perpignan est la persistance de sa trame urbaine historique, avec ses petites ruelles et ses habitations aux toits rouges.

Depuis les berges de la rivière basse, bordée de platanes, on se rapprochera du Castillet. Malgré ses allures de petit château, ce monument fut en réalité édifié au XIVème siècle en tant que porte de la ville. Dans un but défensif, il est extrêmement résistant car bâti de briques pilées mêlées à de la chaux. Louis XI le transforma ensuite en prison d’Etat, mais pour assurer une sortie à la ville vers le faubourg, on lui juxtaposa la porte de Notre Dame du pont.
Lors de la démolition de l’enceinte fortifiée de la ville en 1904, le Castillet resta seul isolé. Ce curieux édifice est resté très beau de couleur et de lignes, avec ses mâchicoulis et son clocheton au dôme rose.

Non loin se trouve la place de la Loge, centre vital de Perpignan où sont présents les différents pouvoirs locaux. L’Hôtel de Ville et le Palais de la Députation tout d’abord, mais surtout la loge de Mer qui lui a donné son nom. Construite en 1397 comme consulat de Mer, la loge de mer sert ensuite aux armateurs qui y établissent leur bourse. Le bâtiment, rectangulaire et massif, est décoré dans un style gothique flamboyant avec des arcades, des fenêtres dentelées et des gargouilles.
La place de la Loge est aussi un endroit très animé où l’on se reposera à la terrasse d’un café, et où l’on admirera la Vénus de Maillol dans le patio de l’hôtel de ville.

 

La Cathédrale Saint-Jean et le Campo Santo


La cathédrale Saint-Jean fait partie d’un vaste ensemble collégial, situé au cœur de Perpignan. De plain-pied, cet ensemble se visite aisément. Si la première pierre de la cathédrale fut posée en 1324, il ne fallut pas moins de 186 ans aux bâtisseurs pour achever ce chef d’œuvre dont la construction, entre famines et épidémies, s’avérait particulièrement ardue. Avec sa nef unique et imposante, s’ouvrant sur un transept et une vaste abside, la cathédrale est l’illustration du style gothique méridional. La richesse du mobilier d’origine de la cathédrale vaut également le détour. Le retable du maître-autel, l’orgue, les vitraux néo-gothiques, et le splendide Dévot Christ du XIVème siècle, en sont autant de pièces marquantes.

La visite continue vers le Campo Santo. Il s’agit du plus vaste et du plus ancien cloître funéraire conservé en France. Classé monument historique, cet édifice construit au début du XIVème siècle se compose de quatre galeries abritant une série de niches funéraires. Leurs formes gothiques et épurées sont marquées d’écussons aux armes de riches familles de la noblesse et de la bourgeoisie catalane. Il ne faudra pas manquer la petite Chapelle funéraire Saint-Jean l’évangéliste, juste à côté. De style gothique, construite à la fin du XIVe siècle, son plan architectural est caractéristique de la période majorquine. Ses vitraux contemporains (1999), réalisés par l’artiste américaine Shirley Jaffe, concilient admirablement modernité et respect des traditions, dans un style très coloré.

 

Le musée Hyacinthe Rigaud


Dirigez-vous à présent vers le musée Hyacinthe Rigaud, plus au sud dans le centre-ville. Entièrement dédié à la peinture, il est largement accessible aux fauteuils roulants grâce à ses ascenseurs. Le musée tire son nom du peintre originaire de Perpignan, portraitiste renommé sous le règne de Louis XIV. Le visage de personnages de haut rang (le duc de Chartres, les cardinaux de Fleury et Bouillon…) s’étalent sur les murs et dégagent une présence intense. Cette qualité picturale se ressent aussi dans les autoportraits de Rigaud, qui retracent toute une vie au service de l’art. Si le musée est essentiellement consacré à son œuvre, on y trouve aussi un large fond de peinture catalane comme des fragments de retables peints sur bois, très bien conservés. L’art contemporain n’est pas oublié, puisque près de 200 œuvres d’artistes très connus (Picasso ou Maillol) ou moins connus (Cobra, Dura), sont exposées. De véritables trésors à ne pas manquer.

 

Julie Bagros (Le Petit Fûté)

MUSEE DES BEAUX ARTS HYACINTHE RIGAUD
16 rue de l’Ange 66000 Perpignan
Tel : 04-68-35-43-40

CAMPO SANTO
Rue Amiral Ribeil 66000 Perpignan
Tel: 04 68 51 19 80

CATHEDRALE SAINT JEAN
Place Gambetta 66000 Perpignan
Tel : 04-68-51-33-72

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.