Secteur médico-social : Une lettre adressée à Geneviève Darrieussecq

Secteur médico-social : Une lettre adressée à Geneviève Darrieussecq
Écouter cet article

Une situation catastrophique dans le secteur médico-social, des professionnels épuisés, un sentiment d’impuissance, des familles lésées : Voici quelques-uns des sujets abordés par la fédération Paralysie Cérébrale France dans sa lettre adressée à Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée chargée des personnes handicapées.

Alors que la nouvelle ministre déléguée chargée des handicapées, Geneviève Darrieussecq, vient de prendre ses fonctions, la fédération Paralysie Cérébrale France lui a adressé une lettre afin de l’alerter sur les difficultés inextricables que rencontrent les professionnels du secteur médico-social. Nous vous proposons d’en découvrir ici le contenu ainsi que les sujets qui y sont abordés.

« Madame la Ministre,

Nous appelons votre attention sur la situation catastrophique du secteur médico-social, tout particulièrement en ce début d’été qui s’annonce comme l’été de tous les dangers pour les
personnes en situation de handicap et leurs familles.

Postes vacants et épuisement du personnel

20 à 30% des postes d’infirmiers, d’aides-soignants, d’accompagnateurs éducatifs et sociaux, de kinésithérapeutes ou d’ergothérapeutes sont vacants dans les établissements et services médico-sociaux pour adultes.

L’épuisement, l’absentéisme, le turn-over, la perte des collaborateurs les plus qualifiés sont
aujourd’hui arrivés à leur paroxysme alors que, dans le même temps, le secteur de l’intérim
ne parvient plus à combler les postes vacants.

La situation n’est plus tenable et est devenue inacceptable pour la dignité et la sécurité des personnes en situation de handicap. Nous ne parlons même plus de qualité mais de dignité !

L’été, synonyme de fermetures d’établissements, de lits… et de retours imposés en famille

La saison estivale va conduire à des fermetures d’établissements, à des retours imposés en familles voire à la mobilisation des familles pour contribuer à l’accompagnement en établissements. Ces séjours imposés en famille se dérouleront alors même que le secteur de l’aide à domicile annonce déjà son incapacité à faire face.

Dans le même temps, les hôpitaux ferment les urgences et des lits. Que se passera-t-il en cas de besoin d’hospitalisation pour des soins médicalisés qui ne pourraient pas être effectués, par des parents, à domicile ?

Les professionnels du secteur médico-social assisent, impuissants, à un retour en arrière de plusieurs décennies.
Comment, dans ces conditions, pouvons-nous encore parler d’inclusion, de choix, d’innovation et de transformation de l’offre alors que les fondamentaux d’un accompagnement humain ne sont plus respectés ? Les projets associatifs sont réduits à néant, mobilisant les ressources disponibles pour un simple service de « nursing » au détriment des actions qui enrichissent la vie.

Des revalorisations salariales toujours en attente

Les revalorisations salariales, maintes fois promises et notamment lors de la dernière conférence des métiers du social et du médico-social en mars dernier, ne sont toujours pas concrètement mises en œuvre sur le terrain alors même que le niveau de l’inflation a explosé paupérisant encore un peu plus un secteur à la dérive.

Que deviendront les 183 euros nets lorsqu’ils seront enfin versés au regard de la situation économique et sociale de notre pays ? Que dire enfin du tiers de nos collaborateurs qui ne sont toujours pas valorisés (administratif, logistique et encadrement) et qui le vivent, à juste titre, comme cette injustice ?

C’est donc assurément l’été de tous les dangers.

Une invitation à la concertation avec les acteurs du secteur médico-social

Vous prenez vos fonctions, Madame la Ministre, à un moment absolument crucial pour l’avenir de tout un secteur dont les acteurs attendent désormais des actes concrets face à cette situation.

Nous vous demandons donc :
− De nous recevoir en urgence pour partager un état des lieux du secteur médico-social.
− de garantir le financement IMMEDIAT des mesures « Ségur » accordées et annoncées et leur extension aux métiers oubliés.
− D’envisager de concert le sort de l’hôpital et celui du secteur médico-social dont les avenirs sont totalement interdépendants notamment pour les ESMS médicalisés.
− D’accélérer les travaux de convergence vers une convention collective unique qui tire vers le haut les carrières et les salaires.

Vous remerciant de l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, à l’assurance de notre haute considération ».

Jacky VAGNONI
Président de la fédération Paralysie Cérébrale France

Pour en savoir plus sur la fédération Paralysie Cérébrale France : www.paralysiecerebralefrance.fr

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.