Sport, handicap et entreprise : retour sur le congrès Nouvelle Ère

La 6e édition du congrès Nouvelle Ère a eu lieu le 7 septembre dernier. Elle avait pour thèmes le sport, le handicap et l'entreprise.
Sport, handicap et entreprise : retour sur le congrès Nouvelle Ère
Écouter cet article

Pour sa 6e édition, le congrès Nouvelle Ère avait pour thèmes le sport, le handicap et l’entreprise.

Valoriser les liens entre le sport, le handicap et l’entreprise : Tel était l’objectif de la 6e édition du Congrès Nouvelle Ère, organisée à Lyon, le 7 septembre dernier, en partenariat avec la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les Global Games de Vichy et les Jeux Paralympiques de Paris en ligne de mire

Rassemblés au sein de l’Hôtel de région, une vingtaine d’intervenants experts des domaines du sport, du handicap et de l’emploi ont ainsi échangé autour du thème « L’Esprit des Jeux ».

Un intitulé choisi dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, mais aussi en prévision d’un autre grand événement sportif international qui aura lieu en Auvergne-Rhône-Alpes, à Vichy, du 4 au 10 juin 2023 : les Virtus Global Games.

Avec plus de 800 athlètes attendus et pas moins de 60 nations représentées, cette compétition est le plus grand événement mondial dédié aux sportifs déficients intellectuels, trisomiques et autistes.

À noter également que 9 disciplines différentes y seront représentées : Para athlétisme adapté, Para aviron adapté, Para basket-ball adapté, Para cyclisme adapté, Para équitation adapté, Para futsal adapté, Para natation adapté, Para tennis adapté et Para tennis de table adapté. Sachant que les épreuves d’athlétisme, de tennis de table et de natation seront qualificatives pour les Jeux paralympiques de Paris 2024.

Dans cette optique, Sandrine Chaix, vice-présidente à l’action sociale et au handicap de la région AUVRA, a tenu à rappeler, en ouverture du congrès, la fierté de la région d’accueillir un tel événement : « Nous avons la chance de pouvoir accueillir ces Global Games, d’autant que nous avons en France, et dans notre région, des athlètes particulièrement brillants, a-t-elle déclaré. Et ce qui est intéressant lors de ces événements, c’est de voir à quel point une personne en situation de handicap peut avoir des différences – comme nous en avons tous – mais aussi des compétences, des savoir-être, des savoir-faire… Cette vitrine du sport nous embarque facilement quand on va voir un match de basket-fauteuil, par exemple. On se dit : « Les pauvres, ils sont en fauteuil », mais au bout de deux minutes, on oublie cela et on veut juste qu’ils marquent, qu’ils gagnent. On ne voit plus la différence. On voit une équipe, un collectif, des joueurs, des personnes extrêmement déterminées pour gagner et atteindre un résultat. Ce comportement, ce dépassement de soi, cette rigueur, tout le travail que cela implique… cela contribue à changer le regard sur le handicap. Et cela montre ce qu’un collaborateur en situation de handicap peut apporter en termes de compétition, de valorisation, d’image et de performance puisque celle-ci se vit aussi au niveau de l’entreprise ».

Le sport, un facilitateur pour rapprocher entreprise et handicap

Jean-Baptiste Hibon, co-fondateur de Nouvelle Ère, psychosociologue et conférencier, a quant à lui souligné l’importance de créer des liens positifs entre sport, handicap et entreprise : « Beaucoup d’événements formidables sont organisés sur le thème du handicap et de l’entreprise, mais on est souvent dans la confrontation. C’est pour remédier à cela que nous avons eu envie d’introduire un troisième élément : le sport. Pour démontrer qu’il peut être un facilitateur et que ces trois éléments peuvent être compatibles et contribuer à changer en profondeur notre organisation ».

Dès lors, les différentes personnalités présentes se sont transmis le flambeau pour présenter, tour à tour, leurs projets, engagements et parcours respectifs en lien avec le sport, le handicap et l’entreprise. L’occasion de mettre l’accent sur les nombreuses similitudes entre les valeurs induites par le sport et celles recherchées dans l’entreprise, mais aussi de souligner l’importance de considérer avant tout les problématiques et difficultés rencontrées, et non le handicap en lui-même. « Il a simplement regardé ce que je ne pouvais pas faire, afin de trouver des solutions pour que ça devienne possible », a commenté en ce sens Samuel Marie, aventurier tétraplégique, racontant sa rencontre avec Louis-Thomas Renard, pilote instructeur qui le forme au pilotage d’une montgolfière accessible, dans le cadre du projet Side Fly d’Audace Handi-Évasion.

La pertinence du sport en tant que levier pour l’insertion sur le marché du travail a également été mise en valeur à travers les témoignages de sportifs de haut niveau pour qui une entreprise partenaire est finalement devenue un employeur, puis une équipe dans les temps professionnels comme dans les temps sportifs, à l’image de Maxime Thomas, multi-médaillé paralympique en tennis de table  soutenu par le groupe APICIL, et Delya Boulaghlem, vice-championne d’Europe handisport d’athlétisme sur 200 m soutenue par RAS-Intérim.

En photo : L’amphithéâtre de l’Hôtel de région lors du congrès Nouvelle Ère – En haut à droite : Sandrine Chaix, vice-présidente à l’action sociale et au handicap de la région AUVRA.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.