Troubles dys à l’école : Le système doit s’adapter à l’enfant et non l’inverse

Troubles dys à l'école : Le système doit s'adapter à l'enfant et non l'inverse
Écouter cet article

Les enfants avec troubles dys aussi ont le droit à l’école : Chronique de Mylan Douthe sur le thème de l’école inclusive.

Par Mylan Douthe. J’ai rencontré au mois d’avril Magali Coulaud, membre de l’association TousDys, qui, dans le cadre de l’école EDEYS, accueille et accompagne des enfants souffrant de troubles dys. Quel plaisir ce fut de constater que l’aide d’une équipe pluridisciplinaire de professionnels dédiée à la mise en œuvre du dispositif a pu à ce point redonner goût à l’école à tous ces jeunes.

L’éducation doit être un élément émancipateur et la garantie d’une pleine et entière citoyenneté, pour les jeunes en situation de handicap comme pour tous. Savoir lire, écrire, compter mais aussi se forger un avis, une opinion, construire son parcours personnel et professionnel, renfoncer son pouvoir d’agir : autant d’enjeux de l’éducation pour tous les enfants et jeunes, qui ne s’arrêtent pas à la scolarité.

Rappelons que selon les Nations unies, à juste titre d’ailleurs : « Obtenir une éducation de qualité est le fondement pour améliorer la vie des gens et le développement durable ».

L’école inclusive n’est pas encore effective en France

En France, contrairement à un objectif annoncé, l’école inclusive n’est toujours pas une réalité effective. Actuellement, de nombreux enfants et jeunes avec troubles dys sont confrontés à des obstacles à l’école dans leur accès à l’éducation. Et ce, tout au long de leur scolarité pour des raisons d’inadaptation structurelle de la pédagogie (contenu et méthode), de normes scolaires rigides, de manque d’accompagnement, de manque de formation des professionnels, d’inaccessibilité des lieux et des supports d’enseignement.

Confrontés à cette dure réalité du quotidien, les jeunes en situation de handicap sont très clairement frappés par une inégalité de destin, car ils sont de facto exposés à de plus gros risques d’échec que les autres, et par conséquent victimes in fine de ruptures de parcours !

Une réalité qui n’est pas acceptable et contre laquelle il nous faut, tous ensemble, nous élever !

Le système doit s’adapter à l’enfant

Il y a, c’est vrai, une réelle problématique structurelle. On oublie encore beaucoup trop dans le fonctionnement institutionnel la nécessité du changement de paradigme. En effet, c’est au système de s’adapter à l’enfant et non l’inverse ! Certes la scolarisation des élèves en situation de handicap progresse au niveau de l’éducation nationale ; mais en réalité c’est l’arbre qui cache la forêt. L’augmentation quantitative ne doit en aucun cas nous faire oublier les freins et les exclusions, quel que soit le mode de scolarisation, sans compter la lourdeur des dispositifs et de nombreux dysfonctionnements.

Tout l’enjeu qui doit nous animer et donc bel et bien de tendre vers une réduction de l’écart entre les normes scolaires et l’enfant. Cela passe, en premier lieu, par une mise en accessibilité des savoirs, qui profitera à tous à n’en pas douter !

Comment faire concrètement ? Eh bien en faisant ce que fait EDEYS au quotidien à l’école auprès des enfants souffrant de troubles dys. C’est à dire en mettant en place, au-delà des compensations nécessaires, tous les aménagements et adaptations pédagogiques pour que chaque élève en situation de handicap puisse suivre les enseignements (proposer plusieurs approches pédagogiques, définir des objectifs pédagogiques propres à l’élève en référence aux programmes scolaires…).

Proposer des aménagements à l’école pour les enfants ayant des troubles dys

En plus de l’accessibilité des lieux et des savoirs, les enfants et jeunes en situation de handicap peuvent avoir besoin d’autres réponses adaptées pour suivre leur scolarité, à toutes les étapes de leurs parcours. Ordinateur pour prendre ses notes, synthèse vocale… autant d’éléments facilitateurs pour permettre aux jeunes de réussir scolairement. Cela pré suppose bien évidemment d’être à l’écoute des besoins de la personnes concernée.

En effet, de nombreux élèves se voient imposer des modalités d’accompagnement qui ne leur conviennent pas, sans qu’il soit tenu compte de leur avis. Et ce, alors même que la liberté de choix est au cœur de la législation supra nationale sur le sujet.

Développer sa connaissance de la société et des autres. Prendre confiance en soi et ses capacités, monter progressivement en compétence, préparer son avenir dans une société encore trop souvent inadaptée … C’est tout l’objet d’EDEYS : ouvrir le champ des possibles à l’école auprès des enfants avec troubles dys.

L’enjeu est donc que ces modalités d’accompagnement puissent être considérées comme des dispositifs complémentaires de l’Éducation nationale, pour éviter les ruptures de parcours et donc l’isolement social des jeunes en situation de handicap.

Mylan Douthe
« Étant en situation de handicap moteur, j’attache beaucoup d’importance au militantisme. Pour moi, l’engagement est la clef d’une génération solidaire. Ma chronique reflète mon ambition de construire une société plus durable, inclusive et solidaire ».

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.