Une course en partage entre personnes valides et aveugles

Écouter cet article

Des adhérents aveugles du Club Athlétique de Saint-Priest et du Cécifoot Saint-Priest participent dimanche 17 février aux Foulées San-Priotes organisées par le JOCEL.

 

Pour la plupart des gens, la course à pied est probablement le sport le plus facile à pratiquer. Pas besoin d’installations ni de matériel, tout juste une paire de chaussures et encore !

 

Cela est également vrai pour les personnes en situation de handicap. Toutes les pistes, les rues, les jardins publics, les sentiers de promenade et de randonnée sont utilisables par les valides et nombre de déficients visuels.

 

Ainsi, trois joueurs aveugles de l’équipe Cécifoot Saint-Priest (football pour les déficients visuels) s’élanceront à nouveau sur le 10 km des foulées San-Priotes : Nordine Bouayad, Mustapha et Bouchaïb El-Boukhari, ainsi que Frédéric Jannas, gardien valide de l’équipe de France de cécifoot et médaillé d’or aux paralympiques de Londres 2012.

 

Un défi, rendu possible, grâce en effet, au concours et à la complicité de plusieurs valides qui leur serviront de guide : Lucie Payet une jeune San-priote licenciée au Chassieu Athlétisme, Catherine Bossin employée à la piscine municipale, et Philippe Mora membre du Val d’Ozon Handisport.

 

Ils guideront en binôme leurs partenaires aveugles au moyen d’une cordelette, ou en se mettant coude à coude pour les plus à l’aise. C’es deux techniques permettent de transmettre la direction et le rythme mais le lien ne doit pas servir à tirer son partenaire, le guide pouvant parler à son camarade mal ou non- voyant, lui donnant des indications, de manière à lui anticiper ou éviter les obstacles etc. La coordination entre les deux coureurs nécessite un travail plus ou moins long pour être parfaite.

 

Le guidage, c’est une première pour la benjamine de cette équipée, Lucie Payet, qui se remet en piste. Après une blessure, (déchirure osseuse) qui ne lui a pas permis de venir à bout de la mythique Saintélyon en décembre dernier, la jeune femme de 22 ans se relance un autre challenge , en accompagnant Nordine Bouayad,.

Quelques séances de rééducation et des entrainements au parc de Parilly avec son coéquipier aveugle permettent à la compétitrice d’espérer réaliser la boucle en moins d’une heure.

Habituée des compétitions, c’est son père, Didier Payet, connu pour son endurance et ses innombrables courses sur grandes distances, qui lui a mis le pied à l’étriller lorsqu’elle  avait tout juste 6 ans.

Aujourd’hui, séduite par l’idée de guider une personne aveugle, elle a proposé aux membres du club de cécifoot de les rejoindre et de les accompagner dans cette aventure.

 

Ces sportifs, chacun de leur côté, se préparent quotidiennement depuis plusieurs semaines, en alternant les courses sur tapis, et courses en extérieurs pendant leur temps libre pour être au rendez-vous d’une course où les valides prêteront leurs yeux. C’est aussi cela l’intégration.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.