Vieillissement: la perte d'autonomie, première angoisse des Français

Écouter cet article

PARIS (AFP) – La perte d’autonomie est pour 56% des Français la première crainte qu’ils éprouvent quand ils pensent au vieillissement, selon un sondage Ipsos pour l’Agence nationale des services à la personne (ANSP) publié lundi. A la question “Lorsque vous pensez au fait de vieillir, quelles sont les choses que vous craignez le plus ?”, 56% des personnes interrogées répondent en premier “la perte d’autonomie”, loin devant “le manque d’argent” (29%), la solitude et l’isolement (13%), tandis qu’1% dit ne craindre “aucune” chose et 1% craindre d'”autres” choses.

 

En tout, la perte d’autonomie est crainte par 88% des Français (qu’ils la citent en premier ou non), devant le manque d’argent (56%), la solitude et l’isolement (50%).

Pour autant, quand on leur demande “personnellement, vous estimez-vous en mesure de faire face à la perte d’autonomie d’un de vos proches ou de vous-même, si elle survenait aujourd’hui ?”, 83% répondent “oui”. Mais parmi ces 83%, 15% seulement répondent “oui facilement” et 68% “oui, mais avec des difficultés”.

16% répondent “non” et 1% ne se prononce pas.

Enfin, en cas de perte d’autonomie d’un proche ou d’eux-mêmes, 90% des sondés feraient appel “à un intervenant à domicile” pour les aider ou aider leur proche “dans les tâches de la vie quotidienne”, dont 44% “très certainement” et 46% “probablement”.

“La qualité de la prestation” serait pour 35% des Français le critère le plus important, devant “l’expérience de l’intervenant” (25%), “le coût de la prestation” (11%), “la formation de l’intervenant” (10%), sa “proximité géographique” (9%) et enfin “son statut professionnel” (7%).

Sondage réalisé par téléphone les 8 et 9 octobre auprès de 961 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans (méthode des quotas).

Le président Nicolas Sarkozy a promis de lancer après la réforme des retraite celle de la dépendance, afin d’améliorer la prise en charge des personnes en perte d’autonomie, alors que les aides actuelles sont notoirement insuffisantes.

jc/db/ed

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.