À la recherche d'un logement adapté

Écouter cet article

Mi-2012 nous pourrions légitimement penser que les obligations en termes d’accessibilité sont bien appliquées aux logements collectifs et qu’une certaine offre voit le jour. C’est ce que je pensais aussi du haut des mes certitudes, convaincu que depuis les décrets de 2007 et vu le nombre de logements qui se sont construits depuis, je n’aurai que l’embarras du choix. Autre croyance, je pensais que les rez-de- chaussée étaient plus difficiles à louer et que par conséquent j’allais en trouver toute une flopée en location. Une fois de plus je me suis trouvé face au vide. En quelques mois j’ai du réviser mon jugement et surtout baisser mon niveau d’exigence pour ne serait-ce que caresser l’espoir de trouver un rez-de-chaussée de plain-pied avec une configuration proche de mes besoins. Pour l’heure je n’ai toujours pas trouvé et mon constat sur la situation du logement adapté est plutôt terne. Les constructeurs et les promoteurs qui vivent très mal cette loi rivalisent d’ingéniosité pour mettre à bas les efforts du législateur et la possibilité de voir le parc immobilier se renouveler dans le bon sens. Les garages surdimensionnés prévus pour les personnes à mobilité réduite servent de bonus pour ceux qui achètent les plus grands appartements et peu importe si une personne handicapée peut en avoir besoin dans le futur. Les vieilles habitudes ont la vie dure et l’argent est seul maître à bord. Impossible de vérifier et de sanctionner ces comportements. Les villes pourraient agir en imposant aux constructeurs au moment du dépôt de permis de construire de signaler aux associations la totalité des appartements qui seront disponibles et aux normes d’accessibilité afin que les personnes handicapées puissent prévoir de quitter leur appartement pour un nouveau logement adapté. Mais cela ne tente certainement pas les promoteurs et encore moins les propriétaires.

La loi perd tout son effet bénéfique si les premiers intéressés ne sont pas informés du patrimoine adapté disponible. Les personnes handicapées paient leur loyer comme tous les citoyens.

 

Jean Marc-Maillet-Contoz

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.