De moins en moins de médecins en France

Écouter cet article

Si la tendance à la baisse se poursuit, nos concitoyens auront de plus en plus de mal à trouver un médecin près de chez eux. En effet, le Conseil national de l’ordre constate dans son Atlas annuel que, d’année en année, la densité médicale est moindre.

 

Ainsi, on comptait 290,3 praticiens pour 100 000 habitants le 1er janvier dernier, contre 300,2 début 2008, le nombre de médecins « en activité régulière » reculant aussi pour la première fois en valeur absolue. Ils étaient 199 736 en début d’année, soit un repli de 2 %.

Des Régions pas toutes logées à la même enseigne
Si la région Paca compte 375 médecins en activité régulière pour 100 000 habitants, et l’Ile-de-France 373, le taux est inférieur à 240 en Picardie. Le Centre, les deux Normandies, la Champagne-Ardenne, les Pays de la Loire et la Bourgogne sont aussi mal loties. « L’impact des mesures incitatives » pour attirer les médecins dans ces régions « est non probant », tranche l’Ordre. Et c’est aussi dans les régions où la densité est la plus faible que les médecins sont les plus âgés. La Meurthe-et-Moselle a ainsi perdu 427 médecins en un an.

Apport de médecins étrangers
Le nombre de médecins retraités a augmenté de 5,2 % en un an. La moyenne d’âge de ceux qui travaillent est de 51 ans et les effectifs de médecins de plus de 50 ans ont augmenté de 53 % entre 2008 et 2009. Pour pallier cette situation, l’apport des médecins étrangers est important. Hors hôpitaux publics (dont les médecins ne sont pas inscrits à l’ordre), ils sont
9 112 médecins étrangers à exercer en France, essentiellement Belges (16,4 %), Roumains (12 %), Allemands (10,9 %) et Algériens (10,3 %).

Pour en savoir plus, consulter l’Atlas sur le site du Conseil de l’ordre des médecins www.conseil-national.medecin.fr

 

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.