Les personnes aveugles « en danger » dans les grandes villes

Écouter cet article

La Fédération a lancé de mars à mai son tour de France de l’accessibilité, étudiant les aménagements urbains de Montpellier, Marseille, Metz, Bordeaux, Nantes, Lille et Paris. Seuls 15 % des lieux publics
sont accessibles, souligne-elle. « Le chemin est encore très long pour se mettre en conformité avec la loi du 11 février 2015 », qui impose l’accessibilité à tous les établissements publics d’ici à 2015, confie Vincent Michel, le président de la FAF.

Selon lui, « le bilan du tour de France est très contrasté, mais plutôt négatif avec de vrais problèmes qui persistent en matière de voirie et de réseaux urbains pour que les personnes malvoyantes puissent
circuler en pleine sécurité ». « De nombreux carrefours sont mal équipés de signaux sonores. Certains équipements urbains sont dangereux. Il manque des bandes de guidage dans les carrefours complexes », a-t-il souligné,exemples à l’appui. Ainsi, « au bout de la place de la République, piétonne, à Metz, on trouve une marche de 80 cm de haut, absolument pas signalée ». À Nantes, ce sont les « dents de requin »,
ces pieux en métal en forme de pyramide, qui bordent « un certain nombre de places, qui risquent de faire chuter des non voyants », a-t-il poursuivi. Si certaines initiatives intéressantes ont été relevées dans plusieurs villes, un grand nombre d’ « aberrations persistent », relève M. Michel, qui prône une meilleure formation des responsables techniques municipaux ou départementaux pour intégrer les contraintes des non
ou malvoyants.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.