Rétablissement et santé mentale : Un manifeste pour une société inclusive

Rétablissement et santé mentale : Un manifeste pour une société inclusive
Écouter cet article

La Fondation ARMH lance un manifeste pour le rétablissement et le pouvoir d’agir dans le domaine de la santé mentale

Œuvrer pour une société plus inclusive en matière de santé mentale, sensibiliser, lutter contre les préjugés, favoriser la prévention, améliorer la prise en charge et l’autonomie des personnes concernées, développer la pair-aidance : Tels sont les objectifs du « Manifeste pour le rétablissement et le pouvoir d’agir » lancé par la Fondation ARMH.

Reconnue d’utilité publique, cette dernière intervient dans les domaines de la prévention, de la santé mentale, du handicap ainsi que de la dépendance et des addictions, avec pour but principal d’améliorer le parcours et la qualité de vie des personnes accompagnées. Le « Manifeste pour le rétablissement et le pouvoir d’agir » s’inscrit donc tout naturellement dans la poursuite de ses actions quotidiennes en faveur des personnes souffrant de problèmes de santé mentale et de leurs proches.

5 engagements pour la santé mentale

Ainsi, le manifeste, repose sur 5 grands engagements. Toute personne qui se sent concernée directement ou indirectement par la santé mentale est invitée à le signer pour montrer sa volonté de vivre dans une société plus inclusive et renforcer la dynamique de soutien qui a été amorcée.

« Il est possible d’envisager un chemin pour chacune et chacun vers le rétablissement, pour que tous trouvent une place digne dans notre société, commentent les rédacteurs du manifeste. Mais pour cela, il faut se mobiliser : lutter contre la stigmatisation et la discrimination, éviter le plus possible des modes de prise en charge comme la contention et l’isolement, se battre pour l’inclusion, favoriser tous les dispositifs innovants qui ont fait la preuve de leur efficacité (prévention précoce, pair-aidance…). En signant ce manifeste, vous partagerez nos engagements. En le faisant connaître, vous multiplierez une dynamique de soutien. C’est une question de santé mais c’est surtout une question de société ».

Engagement n°1 – Lutter contre les préjugés sur la santé mentale pour faciliter le rétablissement

Dans le domaine de la santé mentale et du handicap, les préjugés restent nombreux et freinent l’objectif d’insertion sociale et professionnelle. Ces préjugés entraînent des comportements de stigmatisation et de discrimination : on évite, on juge, on détourne les yeux, on a peur. Nous voulons encourager toutes les initiatives qui luttent contre ces préjugés, en portant un regard bienveillant et confiant dans les potentialités de chacun.

Engagement n°2 – Favoriser la prévention et les interventions en soins précoces

Dès la petite enfance, il faut agir le plus tôt possible. Il est possible d’éviter ainsi que la personne rentre dans le cycle de la maladie, puis de la chronicité et du handicap. Pour ce faire, il faut sortir des établissements, aller à la rencontre des personnes, développer les dispositifs mobiles, les prises en charge ambulatoire, les accueils de jour, etc. Adolescents, étudiants, personnes précaires, personnes âgées même… tous sont concernés ! En particulier, nous dispensons une formation de « premiers secours en santé mentale » et nous travaillons sur un dispositif de prise en charge des premiers épisodes psychotiques. Nous voulons favoriser tous les projets de prise en charge précoce.

Engagement n°3 – Affirmer l’objectif d’autonomie, d’inclusion et de rétablissement en santé mentale

Notre rôle est d’accompagner les personnes accueillies vers le plus d’autonomie possible, visant l’inclusion dans la société par le travail, le logement, le sport, la culture… Il s’agit de favoriser le cheminement de la personne, dans la durée, pour aider son processus de rétablissement et reprendre le contrôle de sa vie. Cela nécessite des accompagnements et des soutiens médico-sociaux favorisant le pouvoir d’agir et améliorant la qualité de vie, même dans les cas très lourds de polyhandicap, de dépendance totale. Nous voulons que chaque personne soignée et accompagnée puisse vivre sa propre dynamique de rétablissement.

Engagement n°4 – Développer la pair-aidance

La pair-aidance repose sur une entraide entre personnes étant ou ayant été atteintes d’une même maladie ou vivant une même situation de handicap. Les pair-aidants peuvent jouer un rôle majeur pour accompagner les personnes concernées par des difficultés de santé mentale dans leur rétablissement.

Engagement n°5 – Promouvoir un modèle de gouvernance inclusive

Une des valeurs de la Fondation ARHM est de favoriser la citoyenneté en mettant la personne soignée ou accompagnée en situation de devenir réellement actrice de son parcours de vie. Quoi de plus marquant pour manifester cette citoyenneté que d’intégrer au moins un représentant des personnes concernées dans la gouvernance de l’organisation ? C’est le cas dans le conseil d’administration de la Fondation ARHM. Nous voulons améliorer la place et la représentation des personnes concernées dans la gouvernance des organisations sanitaires et sociales.

Pour en savoir plus et pour signer le Manifeste pour le rétablissement et le pouvoir d’agir en santé mentale, rendez-vous ici : https://manifeste.fondationarhm.fr/

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.