Revalorisation des aides handicap 2022 : AAH, AEEH, pensions d’invalidité

Revalorisation des aides handicap 2022 : AAH, AEEH, pensions d’invalidité
Écouter cet article

Comme chaque année, les aides liées au handicap connaissent une revalorisation : le montant de l’AAH – Allocation Adulte Handicapé, l’AEEH – Allocation de l’Éducation de l’Enfant Handicapé, et des pensions d’invalidité augmente légèrement en 2022.

En matière de prestations sociales, et notamment les aides pour la compensation du handicap, le 1er avril 2022 a été marqué par l’entrée en vigueur de la revalorisation annuelle. Une légère augmentation qui a pour but de compenser la hausse des prix à la consommation. Parmi les aides concernées, on peut citer l’AAH – Allocation Adulte Handicapé, l’AEEH – Allocation de l’Éducation de l’Enfant Handicapé, et les pensions d’invalidité. Le mode de calcul de ces dernières connaît par ailleurs une évolution.

L’Allocation Adulte Handicapé (AAH) passe de 903,60 à 919,86 euros

À compter du 1er avril 2022, les aides sociales et familiales versées par la Caisse d’Allocation familiale (CAF) sont revalorisées pour tenir compte de l’augmentation des prix. En ce sens, l’AAH – Allocation Adulte Handicapé – est revalorisée de 1,8%. Le montant mensuel de l’AAH à taux plein passe ainsi de 903,60 euros à 919,86 euros pour les versements à partir du début du mois de mai.

À noter que depuis le 1er janvier 2022, « le nouveau dispositif de calcul de l’AAH est entré en vigueur pour soutenir les bénéficiaires en couple dont les revenus sont les plus modestes », rappelle le Gouvernement. Désormais, toutes les personnes en couple, sans activité, et dont le conjoint gagne le SMIC toucheront l’AAH à taux plein, c’est-à-dire 919,86 euros par mois. Une mesure qui permet à 140 000 foyers de bénéficier d’une hausse moyenne de 110 euros à 120 euros par mois, sans qu’aucune démarche n’ait à être engagée auprès de la CAF. Malgré cette réforme, de nombreux usagers, ainsi que les associations qui les représentent, continuent à militer pour une déconjugalisation de l’AAH.

L’Allocation de l’Éducation d’un Enfant Handicapé (AEEH) passe de 132,74 euros à 135,13 euros

Autre aide liée au handicap : l’AEEH – Allocation de l’Éducation d’un Enfant Handicapé. Versée aux parents d’un enfant en situation de handicap de moins de 20 ans, elle connaît également une revalorisation à hauteur de 1,8%. En conséquence, son montant de base passe de 132,74 euros à 135,13 euros.

En parallèle, l’AEEH peut être accompagnée de compléments fixés notamment en fonction du niveau de handicap, allant de 101,35 euros à 1 146,69 euros. D’autre part, une majoration d’un montant de 54,90 euros à 451,84 euros est prévue pour les parents isolés qui assument seuls la charge d’enfant en situation de handicap.

Les pensions d’invalidité revalorisées tout comme les aides du handicap… mais aussi un nouveau mode de calcul

Au-delà des aides versées au titre de la compensation du handicap, la revalorisation de 1,8% s’applique aussi aux pensions d’invalidité et aux rentes accidents du travail et maladies professionnelles (ATMP).

Par ailleurs, afin d’améliorer les ressources des pensionnés d’invalidité en emploi, un nouveau mode de calcul est mis en place afin d’aménager les modalités de cumul de la pension d’invalidité en cas d’exercice d’une activité professionnelle.

Concrètement, jusqu’ici les règles de cumul avec les revenus d’activité étaient peu incitatives. La reprise d’activité pouvait se traduire par une perte de revenus pour les personnes lorsque le cumul de la pension d’invalidité et des revenus dépassaient pendant deux trimestres le salaire d’avant la mise en invalidité.

Cette réforme prévoit que les pensionnés d’invalidité atteignant leur salaire d’avant mise en invalidité conserveront la moitié des gains constatés, afin de garantir dans tous les cas un intérêt à augmenter leurs revenus professionnels.

Ce changement entrera en vigueur à l’été avec application rétroactive au 1er avril 2022. Cela représente un investissement de 40 millions d’euros. Ce nouveau mode de calcul bénéficiera directement à près de 60 000 personnes et permettra également d’encourager l’activité professionnelle des personnes invalides, dont le taux d’activité est passé de 21 % en 2006 à plus de 30 % en 2017.

Pour en savoir plus sur la revalorisation des aides liées au handicap et des autres prestations sociales : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14781

À lire aussi :
=> Montant de l’AAH au 1er avril 2022 : Légère hausse pour les bénéficiaires
=> Dossier MDPH et handicap : Ce qu’il faut savoir pour votre demande MDPH

Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

3 réponses

  1. Moi, j’ai toujours 100€ de moins de ce que je devrais avoir. A cause que j’ai trop d’épargne pour la caf (pourtant même si ça peut paraitre beaucoup si on réfléchit, je ne vais pas aller loin avec ça) Cette argent je n’y touche pas donc je perds 1200 par an.
    J’ai toujours lu que l’épargne n’était pas prise en compte mais c’est depuis que j’ai redonné signe de vie à la caisse d’épargne, que je reçois des trucs d’impôts, que ces derniers le signale à la caf que mon aah à baisser. Je n’ai jamais su quelle case je devais remplir pour la déclaration mensuel par rapport à ça. Depuis ce temps là je ne peux plus remplir cette déclaration, sauf 2 ou 3 fois, je l’ai mal remplis à cause de cette case, j’ai regagné le max et à chaque fois j’ai dû rembourser un trop plein perçu. Par contre ils me l’ont stoppé l’année dernière à la date de fin sauf qu’avec le covid, c’était prolongé de 6 mois et j’ai dû me plaindre à la mdph pour que la caf me paie les mois impayé. Pour l’épargne je ne sais pas, je n’ai jamais trouvé de personnes dans mon cas mais des qui n’ont plus été payé au prolongement covid, j’en ai vu. Si un jour je passe outre certains problème (un peu pour ça que j’ai l’aah) et que j’apprends que j’aurais dû avoir cette argent, ils ont intéret de me payer.

  2. Message vu sur un site :
    “Bonjour,

    Je voulais savoir comment vous gériez la difficile interaction entre l’épargne et l’AAH, car hors des livrets non fiscalisés (Livret A, Livret de développement durable, Livret d’épargne populaire et les anciens PEL), il semble difficile d’épargner sans l’épée de Damoclès de la réduction, voire de la suppression de l’AAH, lors d’un rachat (cas de l’Assurance Vie).”

    J’ai un livret A avec rien et un PEL de plus de 30 ans donc un ancien, je ne pense pas qu’il se soit transformé en nouveau.

  3. Bonjour,
    Je viens de toucher ma pension d’invalidité du mois d’avril. Je pensais que la revalorisation de 1,80 % y serait effective malheureusement non. La CPAM du Calvados m’a informé que pour le moment, il n’avait pas reçu l’ordre de la répercuter. Il existe non plus un fossé mais un gouffre d’inégalités entre les bénéficiaires de L’AAH et ceux d’une pension d’invalidité. Nous aussi nous subissons la crise…Majorité d’entre nous vivent sous le seuil de pauvreté et des minimas sociaux. Alors quoi…avons nous eu tort de travailler.. Est-ce de cette façon que la société récompense ses travailleurs.. oui car autrefois, nous aussi, nous étions des actifs avec 15, 20 30 ans de cotisations .. je vous invite à méditer sur cette situation qui pourrez bien vous arriver un jour.. car personne n’est à l’abri d’une maladie ou d’un accident.. Trop fatigué pour défiler dans la rue, simplement écœurée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.